3 grandes étapes pour écrire des paroles

Vous pouvez avoir la meilleure mélodie du monde, mais si vous n’avez pas de bonnes paroles, votre chanson ne retiendra pas l’attention de l’audience.  Toutefois, écrire des paroles est la bête noire de plusieurs compositeurs.  Il faut qu’elle soit simples, accrocheuses et racontent une histoire.  C’est là que se trouve le défi!

 

Après analyse et recherches, voici les 3 grandes étapes pour écrire des paroles de façon efficace.

 

Comprendre le rôle des paroles dans chaque partie d’une chanson

J’en parle ici, mais il y a déjà plusieurs parties dans une chanson.  De plus, la présence et le rôle des paroles variera beaucoup.  Donc, allons voir ça de plus près.

  • Introduction : Le commencement.  Cette partie a tendance à sonner à part des autres.  La présence de paroles est facultative.  C’est principalement un choix artistique.
  • Couplet : Là où on raconte le plus.  Cette partie peut utiliser jusqu’à 2 fois plus de lignes que le refrain.  De plus, la mélodie des couplets reste la même alors que les paroles changent.
  • Refrain : L’idée principale de la chanson se trouve là.  C’est ici que les paroles doivent accrocher le plus.  90% des chansons populaires ont un hook dans le refrain.
  • Pont : Cette partie sonne complètement différente du reste.  Tant au niveau des accords que de la mélodie.  Pour les paroles, c’est encore une progression dans l’histoire, mais il peut y avoir une continuité dans un 3e couplet, si applicable.

Connaître votre sujet pour en raconter une histoire

Ça peut sembler évident et ça l’est!  Vous ne voulez pas avoir l’air d’une poule sans tête dans votre chanson, non?  Voulez-vous parler de quelque chose qui vous est arriver?  Dénoncer un message d’intérêt public?  Vous inspirer d’un livre ou d’un film?  Vous pouvez choisir le sujet que vous voulez!

Il est possible que vous n’ayez absolument aucune idée par où commencer.  Mais je peux vous demander une chose :

Avez-vous commencé à écrire votre chanson en commençant par votre instrumental?

Si c’est le cas, revenez en arrière.  Réécoutez votre instrumental de point de vue plus analytique.

  1. Vous êtes dans quelle gamme?
  2. Qu’est-ce que votre chanson dégage dès les premières secondes?
  3. Quelle émotion l’instrumental vous fait ressentir?

Dépendant de votre émotion ressentie et des conclusions que vous avez faits, ça va vous donner une meilleure idée pour vos paroles.

Afin que vous paroles soient faciles à chanter et surtout à retenir, je vous conseille de prioriser les phrases courtes et avoir des passages répétitifs.  Par exemple, répétez la même phrase 2 fois dans le refrain.  Ou une phrase courte pour faire des vocalises.

Décrire comme si vous y étiez

Être détaillé et imagé sera crucial dans l’écriture de vos paroles.  Parce qu’il n’y a rien de plus fade que deux phrases qui ne veulent rien dire.  Quand vous décrivez, vous transmettez un message et des émotions à votre audience.

“Je lui ai fait une tisane pour lui donner câlin pour la réconforter”.  OK, c’est mignon, mais c’est fade…

”La voir si malade et mal en point m’a tellement attristé… Ces yeux ternes et son énergie basse m’ont si affectés.  Je lui prépare alors une tisane dans laquelle je presse un demi-citron fraichement coupé et une cuillère de miel.  Tout en versant l’eau bouillant dans la tasse, je pensais déjà à elle qui a comment je m’occupe d’elle avec tout mon amour que je ressens.  En lui donnant la tasse, je m’approche d’elle en la serrant très fort dans mes bras pour lui donner l’énergie et l’amour dont elle a tant besoin.”

Voyez-vous!  C’est exactement ça que votre auditeur veut!!  Mais bon, dans mon excellent, ça ressemble plus à un livre qu’autre chose, mais il est tout à fait possible d’écrire des paroles en démontrant une image ou en utilisant une métaphore.  Vous serez déjà plus avancé!

Conclusion

Écrire des paroles, ça fait peur.  C’est également ma bête noire à moi aussi.  Toutefois, je vous invite à vous lancer et même si ça n’accroche pas la première fois, ce n’est pas grave.  Faites de l’écriture quelque chose de régulier et vous verrez que tout va s’améliorer.  Vous serez déjà plus avancé que ceux qui ne font rien.  Si vous avez des difficultés à écrire ou avez besoin d’un avis extérieur, je suis disponible pour vous!  Ou encore, si vous avez d’autres commentaires ou suggestions, écrivez-les moi! Sourire

Comment écrire un hook

Si vous avez déjà écrit une chanson, vous avez probablement entendu parler du hook.  Mais quand est-il?

 

Définition et exemple

Hook signifie crochet en anglais.  Donc, quand on parle du hook d’une chanson, on parle de la partie ou d’un court passage qui accroche et ce à quoi tout le monde associe la chanson.

 

Dans la très grande majorité des chansons populaires, le hook est associé au refrain.  Si vous avez suivi l’année 2012, vous vous souvenez du Coréen qui passait sans arrêt sur Youtube et à la radio?

 

Avouez!  Vous n’avez même pas visionné la vidéo et déjà, vous chantiez le refrain dans votre tête (et peut-être que vous dansiez)!!  Voilà un parfait exemple d’un hook.  Dans le cas de Gangnam Style, il s’agit d’une petite phrase facile à mémoriser et qui se répète!  Résultat : Plus de 2 milliards de visionnements sur Youtube!

make it rain

Même si une petite phrase peut être un hook, il ne s’en limite pas juste à ça.  À vrai dire, n’importe quelle chanson entendue par une audience peut être considérée comme hooky si elle est structurée correctement.

Les 3 grands types de hook

  • Rythmique : Écoutez ce qui suit.

Souvenir pour certains?  Possible!  Oui, Stevie Wonder était, à cette époque, réputé pour ces chansons très rythmiques.  Il y a plusieurs éléments d’un hook.  Entre autres, la rythmique est établie dès le début de la chanson et se poursuit jusqu’à la fin.  Pour faire un hook rythmique, il sera important :

  1. Trouver son rythme en tapant du pied.
  2. Se trouver une progression de 2 accords idéalement (ce sera plus facile pour le départ).
  3. Se limiter à 4 mesures au plan du rythme.
  4. Improviser avec un instrument soit percussif (batterie, tambourine, etc.) ou autre (piano, guitare, basse, etc.).  Dépendant de votre niveau, ajoutez une attaque particulière, plus groovy (ex. : strumming pour la guitare, slap pour la basse ou simplement vous laisser aller à la batterie)!
  • Intro : un hook d’introduction.  Bien sûr que ça se peut et c’est commun!  Voyons l’exemple :

Bon ok, je sais qu’il y a plusieurs hooks dans cette chanson, mais je voulais surtout l’accent sur le sifflement du début.  Première chose dont on se rappelle!  Mais toute la viande autour est important aussi!  Comme la guitare dans cet exemple.  Pour faire un hook d’introduction, retenez-ceci :

  1. Combiner 1 ou plusieurs instruments .
  2. Prendre un élément de l’intro qui peut se répéter.
  3. Une fois votre rythmique en place, improviser quelque chose de mélodique.
  4. Prioriser les gammes pentatoniques.  Elles sont plus simples d’utilisation et facile à retenir.
  • Instrumental en arrière-plan : En voilà un particulier.  Comme je suis Québécois, je peux me permettre de vous faire écouter de la musique de chez nous!

Dans le refrain, l’instrument en arrière-plan qui est hooky est le saxophone!  Pour moi, c’est un élément marquant de la chanson (en plus des paroles)!  Subtil, mais ce type de hook est très efficace.  Pour le faire :

  1. L’instrument en arrière-plan doit se faire sur 2 à 4 temps.  Il doit rester audible, mais sans trop prendre de place dans la mélodie principale.
  2. Prioriser sa place dans le refrain.
  3. Le mélanger à d’autre hooks.  Dans mon exemple, c’était les paroles et “FRAPPE! Dedans la vie!”

Divers conseils pour écrire des hooks

 

Maintenant que vous connaissez les 3 grands types de hook, il est toujours bon de savoir comment les écrire.

 

  • Jouez un combo d’instruments et de paroles : Pour les paroles, c’est préférable d’y aller pour une phrase simple et courte facile à se rappeler.  Quant à la musique, le principe de répétition s’applique.  Vous pouvez placer votre hook instrumental autant dans l’intro que le refrain.  Le choix est autant sur le plan rythmique que mélodique.
  • Gardez vos hooks courts et répétitifs : C’est la meilleure façon de faire accrocher vos auditeurs!  Pour résumer, 2 à 4 mesures pour le rythmique, 2 à 4 temps pour la mélodique et faire répéter entre 2 et 4 fois durant la chanson.  À vous de jouer!
  • Analyser les chansons hooky et voyez pourquoi tout le monde se rappelle : Si vous me connaissez bien, vous savez que l’analyse des morceaux est une de mes parties préférées!  Donc, tant au niveau des accords, des instruments, de la structure de la chanson, voyez ce qui vous accroche.  Le but n’est pas de plagier, mais bien de s’inspirer!

 

Conclusion

Ça peut avoir l’air difficile de créer une chanson qui accroche.  Toutefois, il suffit d’y croire!  De plus, toute la musique que vous écoutez influencera directement ou indirectement votre jeu de musicien et aussi de compositeur.  Alors, comme je vous ai dis, analysez vos pièces les plus hooky et trouvez le fameux hook!  Parmi tous les conseils que je vous ai donné, mettez en application celui qui vous tente!  En vous laissant dans le vide, vous serez déjà plus avancé que 90% des autres!  Donc, écrivez-moi vos astuces pour faire des hooks!  Si jamais vous avez d’autres questions ou commentaires, ils sont toujours les bienvenus! Sourire

http://www.secretsofsongwriting.com/2012/04/05/3-great-song-hook-types-and-how-to-write-them/
http://blog.sonicbids.com/how-to-write-songs-that-get-stuck-in-peoples-heads
http://www.learneverythingabout.com/lyrics/song-structure-hooks.html
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...