Catégorie : Mixage

Tout savoir sur l’EQ pour avoir un son de qualité

Si certains d’entre nous sont familiers avec le home-studio et le mixage, l’égaliseur (EQ en anglais) n’a donc pas de secret.  Mais pour les débutants, c’est quoi?  Ça sert à quoi pour un morceau?  C’est difficile à utiliser?  Pourquoi c’est important?  Voilà des questions auxquelles je réponds!

Petit historique de fréquences

image : https://www.reference.com/science/happens-wavelength-frequency-increases-a93d72ddfa31ae41
À notre naissance, nos oreilles peuvent capter les fréquences de notre environnement ambiant.  Tous les bruits autour génèrent des fréquences, mesurées en Hertz (Hz) qui sont interprétées en sons.  L’oreille humaine peut entendre de 20 à 20 000 Hz.  Avec l’âge et aussi le style de vie bruyant (ex. : exposition à de forts bruits sur une longue période), nous entendons de moins en moins bien.  Vers les 50 ans, l’oreille peut entendre jusqu’à 16 000 Hz, ce qui est encore respectable!
Il existe plusieurs catégories de fréquences :
  • Sub-bass (20 – 60 Hz) : Il y a des basses fréquences, mais les sub-bass sont des basses fréquences très basses!  En fait, elles sont plus « ressenties » qu’entendues.  Si vous possédez un subwoofer chez vous, voilà une bonne méthode de ressentir les sub.  Elles vont créer un grondement (rumble en anglais).
  • Bass (60 – 250 Hz) : Les basses fréquences viennent rajouter du « gras » dans un son.  Rien ne vaut une bonne basse dans un groupe rock! \m/
  • Low Mid  (250 – 500 Hz ) : Les low-mid représentent bien souvent les harmoniques basses des instruments.  Toutefois, cette section peut être confrondue avec des basses fréquences.  En mixage, cette section est souvent coupée car elle rend une chanson « boueuse » (muddy).
  • Mid (500 – 2 000 Hz) : Il existe une théorie appellée la courbe de Fletcher-Munson.  Pour résumer ce concept, l’oreille humaine perçoit les mids de façon plus accentuée que toutes les autres fréquences.  De ce fait, quand on écoute une chanson et qu’un instrument sort vraiment du lot, c’est parce qu’il contient beaucoup de fréquences mids !  C’est le range dans lequel se trouve notamment la voix humaine!
  • Upper Mid (2K Hz – 4K Hz) : Dans la famille des mids, c’est probablement la région la plus sensible à l’oreille!  C’est là que le timbre essentielle d’un son se trouve en plus de l’attaque des instruments (coup de pick de guitare, baguette de drums, etc.).
  • Presence (4K Hz – 6K Hz ) : Voilà oû la clarté et la définition sont de mises!  La fonction treble, ça vous dit quelques chose?  C’est justement là que ça se trouve!
  • Brillance  (6K Hz – 20 Hz) : Moins perçue par certaines, la région de brillance n’est faite que d’harmoniques!  Mais à utiliser avec précaution si vous boostez !
Maintenant, que vous êtes familier avec les fréquences, passons au sujet principal : l’EQ!

Qu’est-ce qu’EQ?

Quand on enregistre un son ou un instrument, le micro utilisé va, par défaut, capter des sons parasites qui n’ont pas lieu d’être!  Au lieu de laisser l’enregistrement comme ça, c’est là que le travail de l’EQ va entrer en jeu!  Voilà pourquoi il est un outil de base en mixage audio!
L’EQ va servir à manipuler les fréquences d’un son afin d’y apporter les corrections nécessaires!  Il est représenté sous fome d’analyseur spectrale comme celui-là :
Dans une fenêtre d’EQ, l’ensemble des fréquences est une courbe comme dans l’image.  À l’horizontale, ce sont les fréquences et à la verticale, les décibels (dB), qui sont les unités de mesure pour le volume des fréquences.
Petite note : Le dosage avec le dB est à prendre avec des pincettes car même 1 dB peut faire une énorme différence!

Filtres de l’EQ

Comme vous avez sur l’image ci-dessus, le plus commun des EQ est le paramétrique.  Vous pouvez y appliquer différents filtres afin d’aller chercher la fréquence que vous voulez!  Des exemples de filtres?  Bien sûr!
  • HPF (High Pass Filter)  : Le filtre passe-haute va venir couper les basses fréquences de façon très brusque (jusqu’à -24 dB).  Très utile pour faire du nettoyage!
  • LPF (Low Pass Filter)  : L’inverse du HPF ; il va venir couper les hautes fréquences, mais il est plus rare de l’utiliser en mixage.
  • BPF (Band Pass Filter)  : La combinaison d’un HPF et d’un LPF!  Tout simplement!
  • Shelf filter : Filtre qui vient créer une courbe qui s’étend tout le long de l’analyseur.
Vous vous demandez c’est quoi le Q, n’est-ce pas?  Le Q-factor vient montrer la précision recherchée au niveau de la fréquence!

Ok, mais là, je fais quoi?  Y’a des presets!  Je peux utiliser?

Personnellement, je ne recommande pas les presets car ce sont des paramètres de base, mais il ne sont pas adaptés à chaque son que vous traitez.
D’amblée, l’utilisation de base d’un EQ est : HPF pour enlever les basses inutiles et un balayage pour trouver la fréqeunce qui agace.
Si vous voulez en apprendre plus, je vous recommande de visionner la vidéo que j’ai fait sur ce sujet!
Si vous avez d’autres questions concernant l’EQ, écrivez-les moi! 😉
https://www.digitaltrends.com/home-theater/eq-explainer/
https://www.howtogeek.com/59467/htg-explains-what-is-an-equalizer-and-how-does-it-work/
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89galiseur
https://www.teachmeaudio.com/mixing/techniques/audio-spectrum/
https://www.teachmeaudio.com/recording/sound-reproduction/fletcher-munson-curves/
https://www.extron.com/product/files/helpfiles/dspconfig25/Content/Signal_Processing_Basics/About_Filters_and_EQ.htm

Mixer en toute simplicité : Mastering

Bien le bonjour!

Je suis Bruno du blog ComposerSimplement et je vous souhaite la bienvenue!

Cette semaine, je termine ma série de vidéos sur le mixage en toute simplicité et je parle de mastering.  On a déjà vu comment organiser une session, la balance de volume, l’EQ, la compression et les effets.  Pour cette dernière vidéo, j’ai décidé de vous parler de mastering.

 

C’est quoi le mastering?  C’est la dernière étape de production avant la mise en marché des chansons.  Ça consiste à rendre une chanson au même niveau que d’autres chansons qui sont plus commercialisées.  Quand je dis commercial, ce n’est pas nécessairement ce qui passe à la radio.  Ça peut juste être ce qu’on entend par CD, par télévision, sur iTunes ou d’autres plateformes comme Youtube, SoundCloud, Spotify, etc.

 

Quand une chanson est masterisée, l’impression que ça nous laisse est qu’elle sonne plus forte, mais ce n’est pas nécessairement le cas.  Il y a une certaine manipulation dans la session de mixage qui peut laisser paraître ça.  Ce n’est pas juste monter le fader!!

 

Avant, on masterisait seulement quand toutes les chansons d’un album étaient terminées.  Mais avec les nouvelles plateformes (Youtube, SoundCloud, Spotify), il est possible de ne masteriser qu’une chanson à la fois.  Ça l’a modernisé le mastering!  Ce que je vais vous montrer n’est pas comme du mastering plus classique avec un méga-studio à 100 000$! Ce sont plutôt des conseils de base que j’ai appris et que je vous transmets afin que vos chanson sonne plus professionnel!

 

Toutes les plugins que j’ai mis sont sur le master à cause que je travaille directement dans la session.  Mais si vous voulez, vous pouvez exporter votre chanson dans une nouvelle session.  Donc, voici les étapes que j’ai fait :

  1. L’EQ en premier.  Ce qui est important en mastering est qu’on ne veut pas détruire le mix fait auparavant.  C’est la raison pourquoi les changements sont très mineurs.  Je me limite à 1-2 dB de différence.  Donc, comme sur la vidéo de l’EQ,  j’ai appliqué un HPF, 2 fois la technique de sweeping et j’ai monté à partir de 2 000 Hz de 1 dB car il y a plus de clarté et de présence.  Ça ne fera qu’aider votre cause! Clignement d'œil
  2. Pour la compression, j’ai mis un ratio faible (1.5:1 ou 2:1) avec une attaque lente (minimum 30 millisecondes).  Quand vous écoutez, visez entre 2 et 4 dB de réduction de gain.  Sinon, ça va trop paraitre!
  3. La dernière étape est le limiteur.  C’est comme un compresseur, mais encore plus puissant!  Il faut y faire très attention parce que c’est comme tuer une mouche avec un bazzoka!!!  C’est très excessif!  Mais le truc est de mettre la sortie (output) à –0.1 pour s’éloigner du 0.  Ensuite, montez votre input jusqu’à temps que ça sonne fort et arrêtez vous quand il y a très imperfections.  Généralement, entre 2 et 3 dB de réduction de gain suffisent!

 

La dernière étape serait d’écouter votre chanson masterisée avec plusieurs références.  J’entends par là votre système de son d’ordinateur, votre iPod, un cinéma maison, avec des gros écouteurs, des earbuds et ainsi de suite.  Mais le but de cette étape est d’avoir plusieurs modèles pour écouter votre chanson et voir s’il y a des trucs à corriger (trop d’effets, trop de basse ou autre)!

 

C’était ce que j’avais à vous présenter comme mini-mastering!  C’est comme ça que je termine ma séries de vidéos sur le mixage en toute simplicité!

Vous pouvez télécharger mon nouveau livre “Comment ComposerSimplement une chanson”.  En plus d’écouter toute ma série de vidéos sur le mixage!C’était “Mixer en toute simplicité : Mastering”.  Je suis Bruno du blog ComposerSimplement et je vous dis portez-vous bien!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...