Étiquette : instinct

Comment inclure une contre-mélodie dans ma chanson

Melody

Le plaisir d’avoir une belle chanson écrite par soi-même!  C’est assez gratifiant, pas vrai?
Par contre…  Vous avez l’impression d’avoir fait du copier-coller de vos sections…  Manque de variété et d’effet surprise, peut-être?
Je vous offre une solution à ce problème : rajouter une contre-mélodie!

Une quoi?

Contre-mélodie!  Il s’agit d’une 2e mélodie superposée sur la mélodie principale!  Vous vous demandez pourquoi?
Je serai cliché en vous disant pour la variété et la richesse de votre morceau, mais je vais vous faire un petit rappel sur les trucs qui font si votre chanson passe ou casse.
Le 4e élément est l’ajout de variantes de chaque section.  Au fur et à mesure que vous avancez dans votre compo, un 2e et un 3e couplet arrivent en plus du refrain pour la 2e ou 3e fois.  Toutefois, l’audience connait déjà l’ensemble du couplet et de refrain.  Donc, ce ne sera qu’un copier-coller!  Résultat : perte d’intérêt!  Alors, la contre-mélodie vient rajouter un effet de surprise et de nouveauté pour les oreilles!

Comment faire une contre-mélodie efficace?

Il est important de se rappeller que la contre-mélodie n’est pas seulement une partie harmonique pour la mélodie principale.  En fait, elle a le rôle d’une seconde conversation, d’une réponse à la 1ère mélodie.
Dans l’ensemble, vous pouvez créer votre contre-mélodie une fois la chanson terminée, dans l’étape de finition!  Donc, pour commencer, finissez d’abord votre chanson ou du moins, les section oû vous voulez rajouter une 2e mélodie.  Écoutez plusieurs fois votre section (qui a déjà des accords et une mélodie, bien sûr!) et laissez parler votre voix intérieure!  Pour les plus terre-à-terre, une contre-mélodie est plus efficace dans les moments oû la mélodie principale a de longues notes soutenues ou même des silences.  Profitez de ces instants!
Ajustez le rythme de votre contre-mélodie par rapport au reste!  Par exemple : priorisez les notes soutenues quand la mélodie principale est très active et à l’inverse, plus de place à la 2e mélodie quand la principale est moins présente!

La contre-mélodie en paroles

Pour plusieurs qui lisent ces lignes, vous vous demandez sans doute : « OK Bruno, mais tu parles juste d’instrumental depuis le début!  Est-ce que la contre-mélodie est valable pour des paroles? »
Je vous annonce que OUI!  Le principe pour écrire des paroles est le même que pour un instrument : vous placez les contre-paroles (oui, j’ai inventé le terme!) quand il y a moins de place au chant principal!
Besoin d’exemples?  Ça va me faire plaisir!
Pour ceux de mon âge, le « Tonight » dans le refrain de ce classique du Roi Lion! 😀
Le dernier refrain de « Easy Lover » de Phil Collins!
Les simples vocalises dans « September« !
Et puis, pourquoi pas!  20 chansons des années 80 avec des contre-mélodies!

Conclusion

Comme vous voyez, il n’est pas sorcier faire une contre-mélodie efficace!  Toutefois, il faut la placer à des moments statégiques de votre chanson!  Je suis sûr que vous pouvez y arriver!
Par ailleurs, faites-en un essai!  Si vous avez des extraits à m’envoyer, je serai ravi de les écouter!  Pour le reste, je suis disponible pour les commentaires et les questions! 🙂

3 grandes étapes pour écrire des paroles

Vous pouvez avoir la meilleure mélodie du monde, mais si vous n’avez pas de bonnes paroles, votre chanson ne retiendra pas l’attention de l’audience.  Toutefois, écrire des paroles est la bête noire de plusieurs compositeurs.  Il faut qu’elle soit simples, accrocheuses et racontent une histoire.  C’est là que se trouve le défi!

 

Après analyse et recherches, voici les 3 grandes étapes pour écrire des paroles de façon efficace.

 

Comprendre le rôle des paroles dans chaque partie d’une chanson

J’en parle ici, mais il y a déjà plusieurs parties dans une chanson.  De plus, la présence et le rôle des paroles variera beaucoup.  Donc, allons voir ça de plus près.

  • Introduction : Le commencement.  Cette partie a tendance à sonner à part des autres.  La présence de paroles est facultative.  C’est principalement un choix artistique.
  • Couplet : Là où on raconte le plus.  Cette partie peut utiliser jusqu’à 2 fois plus de lignes que le refrain.  De plus, la mélodie des couplets reste la même alors que les paroles changent.
  • Refrain : L’idée principale de la chanson se trouve là.  C’est ici que les paroles doivent accrocher le plus.  90% des chansons populaires ont un hook dans le refrain.
  • Pont : Cette partie sonne complètement différente du reste.  Tant au niveau des accords que de la mélodie.  Pour les paroles, c’est encore une progression dans l’histoire, mais il peut y avoir une continuité dans un 3e couplet, si applicable.

Connaître votre sujet pour en raconter une histoire

Ça peut sembler évident et ça l’est!  Vous ne voulez pas avoir l’air d’une poule sans tête dans votre chanson, non?  Voulez-vous parler de quelque chose qui vous est arriver?  Dénoncer un message d’intérêt public?  Vous inspirer d’un livre ou d’un film?  Vous pouvez choisir le sujet que vous voulez!

Il est possible que vous n’ayez absolument aucune idée par où commencer.  Mais je peux vous demander une chose :

Avez-vous commencé à écrire votre chanson en commençant par votre instrumental?

Si c’est le cas, revenez en arrière.  Réécoutez votre instrumental de point de vue plus analytique.

  1. Vous êtes dans quelle gamme?
  2. Qu’est-ce que votre chanson dégage dès les premières secondes?
  3. Quelle émotion l’instrumental vous fait ressentir?

Dépendant de votre émotion ressentie et des conclusions que vous avez faits, ça va vous donner une meilleure idée pour vos paroles.

Afin que vous paroles soient faciles à chanter et surtout à retenir, je vous conseille de prioriser les phrases courtes et avoir des passages répétitifs.  Par exemple, répétez la même phrase 2 fois dans le refrain.  Ou une phrase courte pour faire des vocalises.

Décrire comme si vous y étiez

Être détaillé et imagé sera crucial dans l’écriture de vos paroles.  Parce qu’il n’y a rien de plus fade que deux phrases qui ne veulent rien dire.  Quand vous décrivez, vous transmettez un message et des émotions à votre audience.

“Je lui ai fait une tisane pour lui donner câlin pour la réconforter”.  OK, c’est mignon, mais c’est fade…

”La voir si malade et mal en point m’a tellement attristé… Ces yeux ternes et son énergie basse m’ont si affectés.  Je lui prépare alors une tisane dans laquelle je presse un demi-citron fraichement coupé et une cuillère de miel.  Tout en versant l’eau bouillant dans la tasse, je pensais déjà à elle qui a comment je m’occupe d’elle avec tout mon amour que je ressens.  En lui donnant la tasse, je m’approche d’elle en la serrant très fort dans mes bras pour lui donner l’énergie et l’amour dont elle a tant besoin.”

Voyez-vous!  C’est exactement ça que votre auditeur veut!!  Mais bon, dans mon excellent, ça ressemble plus à un livre qu’autre chose, mais il est tout à fait possible d’écrire des paroles en démontrant une image ou en utilisant une métaphore.  Vous serez déjà plus avancé!

Conclusion

Écrire des paroles, ça fait peur.  C’est également ma bête noire à moi aussi.  Toutefois, je vous invite à vous lancer et même si ça n’accroche pas la première fois, ce n’est pas grave.  Faites de l’écriture quelque chose de régulier et vous verrez que tout va s’améliorer.  Vous serez déjà plus avancé que ceux qui ne font rien.  Si vous avez des difficultés à écrire ou avez besoin d’un avis extérieur, je suis disponible pour vous!  Ou encore, si vous avez d’autres commentaires ou suggestions, écrivez-les moi! Sourire