Mixer en toute simplicité : Compression - Composer Simplement

Mixer en toute simplicité : Compression

Cette semaine, je poursuis ma série de vidéos sur le mixage en toute simplicité et je parle de compression.  Dans les dernières semaines, j’ai parlé d’organiser une session, de balance de volume et d’égalisation

Qu’est-ce la compression?  C’est un outil de base au même niveau d’un EQ qui sert à rajouter du punch et de la clarté dans une chanson.  Comment ça fonctionne,  Ça réduit la gamme dynamique (écart entre RMS et Peak).  Donc, ça homogénéise le son car il y a des gros écarts de volume et dans le mixage, ça sert à venir chercher des pistes qui peuvent se perdent.

Comment ça fonctionne?

Pour vous expliquer comment ça marche sans faire de cours là-dessus, je vais prendre le compresseur que j’ai pris pour la basse.

  • Le threshold (seuil) fonctionne en dB et c’est le niveau auquel le compresse va commencer à agir.
  • Le ratio est le nombre de dB qui entrent vs qui sortent.  Donc, un ratio 2:1, 2 dB entrent et 1 en sorte.  Plus le ratio est élevé, plus la compression sera forte.
  • L’attaque est la rapidité à laquelle le compresseur va agir.  Ça marche en millisecondes.  Plus l’attaque est courte, plus le compresseur va agir vite sur les crêtes.  Plus l’attaque est lente, plus les transitoires vont passer.  Le son va en reste plus naturel.
  • La relâche est le temps que le compresseur prend pour revenir à la normal suite à l’attaque.  Plus le release est basse, plus un effet de pompage va en résulter du son.  Ça risque d’être moins naturel.
  • Le make-up gain fonctionne également en dB et va compenser pour la perte de signal dans la compression.
  • Le soft knee (genou) détermine si le compresseur va agir plus brutal ou progressif.  Sur la voix, c’est préférable, mais allez-y à l’oreille pour les autres instruments.

 

Sur quoi le mettre?

Au minimum, je vous recommande de mettre un compresseur sur les drums, la basse et le chant pour avoir plus de punch et de clarté.  Mais aussi, en écoutant vos pistes, vous pourrez entendre s’il y a des instruments qui se perdent dans la session.  À ce moment-là, vous pouvez mettre un compresseur. 

Par exemple, dans la chanson que je travaille présentement, les 3 pistes de piano avaient des gros écarts de volume et parfois, je ne l’entendais pas.  Un compresseur peut donner l’impression que ça sonne plus fort!

C’était ce que j’avais à vous présenter sur la compression!  Vous pouvez aussi visionner mes autres vidéos de la série “Mixer en toute simplicité”, notamment l’organisation d’une session, de balance de volume et d’égalisation.

Envie de partager votre opinion?

Laissez un Commentaire:

>